Comment l’état modifié de conscience peut vous aider à vous épanouir ?

Vous est-il déjà arrivé d’avoir la sensation qu’une partie de vous pensait à quelque-chose pendant que vous étiez en train de faire tout autre chose ? Une impression d’y être sans y être ? De décrocher momentanément du trajet pendant que votre corps vous conduisait au bon endroit ? D’entendre au loin une voix vous appeler sans savoir si vous somnoliez dans la réalité ou si cela faisait partie d’un rêve ?

Toutes ces expériences, et encore bien d’autres, montrent que l’on traverse différents états cérébraux, que l’on nomme états de conscience modifiée (ou états modifiés de conscience EMC). Nous allons voir d’un peu plus près ce qui se passe dans votre cerveau quand ces expériences « communes » arrivent, les bénéfices apportés et comment les reproduire volontairement.


Avant de définir un état de conscience modifié, il convient de commencer par définir un état de conscience ordinaire ! On serait tenté de dire que c’est celui qui nous accompagne dans la journée, lors que nous travaillons, pensons, réfléchissons. Et en réalité il n’est pas un mais plusieurs états de conscience, la conscience ordinaire est variable car nous passons de nombreuses fois dans la journée d’un état à un autre sans nécessairement le savoir.

Les différents états de conscience 

ondes cérébrales et cerveau
www.enfinsoi.fr

Depuis l’apparition de l’électroencéphalogramme (EEG), dans les années 1950, l’activité électrique des neurones se mesure en collant des électrodes sur le cuir chevelu.  En identifiant l’activité du cortex, il est possible de diagnostiquer certaines affections neurologiques (maladies du système nerveux) ou d’étudier les troubles du sommeil, de la conscience ou de la vigilance.

Ce qui nous intéresse ici, est d’identifier les variations des ondes cérébrales, qui se produisent en fonction de l’état de conscience, des phases d’éveil, de sommeil, de rêves ou d’activité mentale.  

On distingue 5 types d’ondes en fonction de l’intensité de leurs variations.

  • ONDES GAMMMA : de 30 à 100 Hz, hautes fréquences, correspondent à une activité mentale intense. Selon l’étude qu’en a faite Joe Dispenza auprès de nombreux groupes, elles peuvent être associée à un état de super-conscience, quand le cerveau est stimulé par un évènement interne (exploration du monde intérieur en méditation).
  • ONDES BETA :  entre 12 à 30 Hz, correspondent à un éveil actif, lorsque vous êtes réveillé et conscient. Entre les hautes fréquences (état stimulé par les hormones du stress et par les émotions de survie, colère, alerte, agitation…), les moyennes fréquences (bon stress), et les basses fréquences (état de détente dans lequel vous demeurez conscient de votre corps dans l’espace-temps, comme quand vous lisez…), la différence de fréquence peut être 3 fois plus intense.
  • ONDES ALPHA : entre 8 à 12 Hz, correspondent à un éveil calme. Dans votre journée, vous y passez plusieurs fois, quand vous êtes détendu, créatif, intuitif, lorsque vous laissez libre cours à votre imagination, à la rêverie, que vous ne cherchez plus à analyser. Dans cette fréquence (comme en Thêta) les ondes cérébrales ont la possibilité de se synchroniser, les différentes aires cérébrales rentrent en cohérence et communiquent davantage ensemble.
  • ONDES THETA : entre 4 à 8 Hz, basses fréquences, correspondent à la relaxation profonde et la méditation profonde, quand votre esprit est réveillé et que votre corps somnole.
  • ONDES DELTA : entre 0,5 à 4 Hz, correspondent au sommeil profond et réparateur.

Au court de la journée, nous passons souvent d’un état de conscience à un autre, sans forcément nous en rendre compte.

Les bénéfices des EMC

Outre les bénéfices liés aux nombreux avantages de gestion de la douleur, (en modulant par exemple avec l’hypnose les circuits cérébraux de la perception de la douleur) les EMC viennent aussi accompagner des pratiques médicales (comme l’association à une anesthésie locale et sédation légère). La méditation rencontre de plus en plus de succès dans les hôpitaux, pour accompagner la dépression.

cerveau et ondes cérébrales harmonieuses

Dans notre quotidien, les bénéfices sont multiples.

Dans un monde de sur-stimulation permanente, ultra-connecté, dans lequel le message répété est d’aller toujours plus vite, il est de plus en plus nécessaire et salvateur de s’octroyer un temps de pause, prendre du temps pour soi. Moment indispensable pour se reconnecter à soi-même et apaiser le mental, bien souvent, trop envahissant. Il ne s’agit pas de ne plus penser ou réfléchir mais de ne pas laisser les pensées vous envahir. Plus l’expérience est intense, plus les ondes cérébrales sont lentes et la sensation de déconnexion avec le monde qui nous entoure est intense. Pour certains ce peut être une sensation plus ou moins intense de dissociation entre soi et l’environnement.

” En résumer, moduler vos ondes cérébrales vous permet de passer du monde extérieur à votre monde intérieur.”

Permettre la ré-harmonisation de vos ondes cérébrales vous permet de vous reconnecter à qui vous êtes profondément. Comme un temps de vacances mentales ! Et pas besoin de partir loin, car tout est déjà là, en vous !

En plus d’un bénéfice mental, et émotionnel, le bénéfice physique est bien réel. Comme le rappelle le Dr Dispenza, en ralentissant consciemment nos ondes cérébrales, nous pouvons plus facilement programmer notre système nerveux autonome (qui maintient la santé et l’équilibre en s’occupant automatiquement de toutes nos fonctions corporelles).

Comment les atteindre ?

Différentes méthodes existent pour atteindre ces états de conscience modifiée. Et à chacun de trouver la technique qui lui correspondra le mieux, soit chez soi, soit en se faisant accompagner par un professionnel pour guider ce chemin. Quoi qu’il en soit, c’est un entrainement régulier qui vous permettra de le faire seul, et un chemin qui peut varier dans le temps. Si vous vous offrez cette possibilité, vous en sentirez les réels bénéfices dans votre vie.

Dans ma pratique personnelle, depuis plus de 20 ans, j’ai pu tester la relaxation profonde, le yoga nidra, la sophrologie, l’hypnose dissociante et associante, la méditation sous plusieurs formes, différentes techniques d’intuition (dont le Control Remote Viewing), toutes m’ont permis de sentir des bénéfices différents et sensations diverses associées comme une sensation énergétique particulière dans ma tête quand j’atteins un certain stade. Et toutes se sont inscrites dans un apprentissage régulier pour en tirer un maximum de bénéfices. Et je varie aujourd’hui ma pratique en fonction de mes besoins. Si je ne prends pas ce temps-là, c’est le stress qui me rattrape, comme un rappel à l’ordre.  


Les déterminations des ondes dans les pratiques qui suivent sont à prendre avec encore du recul, car au sein d’une même pratique les résultats divergent en fonction du sujet et du professionnel qui guide le travail. Et la liste des pratiques possibles est loin des exhaustive.  Celles qui sont mentionnées ci-dessous ont été classées par le professeur Marie-Elisabeth Faymonville, hypnothérapeute mondialement reconnue, lors d’une étude qu’elle a dirigée.

La relaxation : vise un relâchement musculaire et un apaisement. ALPHA

Le yoga nidra : allongé, en relâchant les tensions profondes, la voix guide la respiration et la visualisation d’images mentales. THETA

L’hypnose : en activant la focalisation, elle vise à modifier des blocages ou perceptions en écoutant les suggestions du thérapeute. THETA

La sophrologie : guidée par la voix du sophrologue, elle vise à favoriser les prises de conscience en affinant les perceptions corporelles, la respiration et les images mentales.  ALPHA

La méditation de pleine conscience : vise l’apaisement mental et la concentration sur l’instant présent, en se focalisant sur un objet, mantra ou sensation. ALPHA

La méditation expérimentée : pratiquée par des méditants expérimentés, THETA et GAMMA

Transe chamanique : souvent induite par des rythmes (percussions) à une fréquence particulière, elle vise à se couper de l’environnement et entrer en contact avec une autre réalité. THETA

Quelle que soit la pratique que vous choisirez peut-être d’explorer, pour bénéficier de ces EMC, assurez-vous de le faire dans les bonnes conditions et auprès de professionnels expérimentés. Et entrainez-vous, car seule l’action permet d’y accéder !

Bonne pratique !

Science et Avenir, novembre 2016 n°837
Joe Dispenza : Devenir Super-conscient
Cerveau et neurosciences, DOSC 029
Partager l'article
  • 7
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *